DNS : le rôle des serveurs de noms

Les machines que l’on appelle communément serveurs de noms de domaine permettent alors d’établir la relation entre le nom de domaine et l’adresse IP des machines d’un réseau. Chaque domaine déclaré possède un serveur primaire de noms et un serveur secondaire afin de rendre l’architecture plus efficiente et surtout de pouvoir prendre le relai du serveur primaire, en cas de panne ou d’indisponibilité.

Chaque serveur de noms est déclaré au niveau du serveur de nom de domaine de niveau juste supérieur ainsi, cela permet une délégation implicite d’autorité sur les domaines. On rappelle que l’espace de noms est une architecture distribuée, où chaque élément est responsable de la gestion de son nom de domaine. Dis autrement, il n’existe aucun organisme ayant la charge de l’administration complète de la totalité des noms de domaine.

On appelle serveur de noms racines les serveurs correspondant aux domaines de plus haut niveau (c’est-à-dire les TLD).  Il existe ainsi treize serveurs de noms racine, répartis sur l’ensemble du globe et possédant les noms allant de a.root-servers.net à m.root-servers.net.

Un serveur de noms définit un périmètre ou une zone. Il s’agit d’un ensemble de domaines sur lequel le serveur a toute autorité. Le serveur de noms de domaine reste transparent pour l’utilisateur final, même s’il ne faut pas négliger les points ci-dessous :

  • Chaque équipement doit être connecté avec l’adresse d’une machine capable de transformer n’importe quel nom en adresse IP, appelée, à ce niveau Domain Name Server (DNS).
  • L’adresse IP d’un serveur secondaire doit également être définie afin de pouvoir relayer le serveur primaire en cas de dysfonctionnement.
  • Les adresses sont généralement fournies par le fournisseur d’accès à Internet (probablement un registrar).

Le serveur de noms le plus répandu dans le monde GNU/Linux s’appelle BIND (Berkeley Internet Name Domain). Il s’agit d’un logiciel libre développé et mis au point par l’université de Berkeley sur des systèmes Unix et depuis maintenu par l’ISC (Internet Systems Consortium).

ATTENTION : pour fonctionner correctement, un nom de domaine doit avoir fait l’objet d’une délégation cohérente au sein du domaine de niveau supérieur.

Partagez cet article Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager sur Google+ Envoyer par mail

Philippe PIERRE

A exercé de nombreuses années en tant qu'administrateur de base de données et comme administrateur Système Unix/Linux. Il a enseigné les réseaux au CNAM (Paris). Aujourd'hui, employé en tant qu'ingénieur infrastructure, au sein d'un laboratoire pharmaceutique et administrant un cluster de calculs HPC, il connaît parfaitement les environnements GNU/Linux dans le cadre d'une entreprise et des systèmes de haute disponibilité. Il aime partager son expérience.

philippe-pierre has 69 posts and counting.See all posts by philippe-pierre