Les origines de TCP/IP

A l’origine de TCP, il y avait le DARPA (Defense Advanced Research Project Agency), qui a initié le projet ARPANET, dans les années 1970. C’est ce même organisme qui a alors financé la célèbre université de Berkeley afin d’intégrer les protocoles de base de TCP/IP, au sein du système Unix BSD-4.

REMARQUE : dans les années 70, on ne parlait pas encore de Linux, et, à peine plus de Minix, le système d’Andrew TANNENBAUM. Les informaticiens de l’époque n’avaient comme choix de système, qu’Unix (voire aussi OpenVMS), et/ou les systèmes centraux.

Le protocole TCP/IP (on devrait d’ailleurs parler de duo de protocoles), s’est popularisé grâce à son interface générique de programmation d’échange de données entre machine d’un même réseau, à base de primitives sockets, et aussi grâce à l’intégration de protocoles applicatifs.

RAPPEL : Le projet ARPANET est le père fondateur de ce que l’on connaît aujourd’hui sous l’appellation d’Internet. De plus, il est rappelé qu’Internet est un réseau de type commutation de paquets, accessible au public et où l’information est transmise grâce à un ensemble standardisé de protocoles de transfert de données, permettant, entre autres, l’élaboration d’applications et de services variés tels que :

- Courrier électronique
- World Wide Web (aussi abrégé en www)
- Transfert de fichiers
- Partage de fichiers

C’est l’organisme Internet Architecture Board (abrégé en IAB) qui, au travers de ses deux bureaux, ci-dessous, pilote la supervision et l’intégration de ces protocoles réseau :

- IRTF (Internet Research Task Force) : chargé du développement des protocoles
- IETF (Internet Engineering Task Force) : chargé du réseau Internet

Les adresses réseau référencées, sont distribuées par le NIC (Network Information Center) et en France, par l’INRIA (Institut National des Recherches en Informatique et des Automatismes). L’ensemble des protocoles TCP/IP est décrit au sein de documents de type RFC (Request For Comments) dont la numérotation est RFC973.

La pile TCP/IP est le plus souvent représentée sous forme d’un empilement de quatre couches que l’on superpose au modèle OSI (Open Systems Interconnection) conçu par l’ISO (International Standards Organization) à sept couches et à la base des autres systèmes de réseau :

- Couche ACCÈS RÉSEAU
- Couche INTERNET
- Couche TRANSPORT
- Couche APPLICATION

L’actuelle version du protocole IP est IPv4. Mais, le futur s’appuiera probablement sur IPv6, qui reste compatible avec la version actuelle et propose un adressage, sur 128 bits, permettant alors d’étendre les capacités réseau, en matière de taille et d’adressage.

En termes d’actions aux périphériques et aux applications, chaque couche apporte son lot de services permettant de traiter les différents problèmes sous-jacents :

Partagez cet article Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager sur Google+ Envoyer par mail

Philippe PIERRE

A exercé de nombreuses années en tant qu'administrateur de base de données et comme administrateur Système Unix/Linux. Il a enseigné les réseaux au CNAM (Paris). Aujourd'hui, employé en tant qu'ingénieur infrastructure, au sein d'un laboratoire pharmaceutique et administrant un cluster de calculs HPC, il connaît parfaitement les environnements GNU/Linux dans le cadre d'une entreprise et des systèmes de haute disponibilité. Il aime partager son expérience.

philippe-pierre has 69 posts and counting.See all posts by philippe-pierre