Google Dorks – Google Hacking : exploiter toute la puissance de Google

I. Présentation

Lorsque l'on parle de Google Dorks ou de Google Hacking, on fait référence aux méthodes de recherches avancées sur le moteur de recherche de Google. Cette méthode d'investigation sur Internet s'appuie sur le principe de l'OSINT (Open Source Intelligence ou renseignement par source ouverte).

Dans cet article, je vais vous montrer comment tirer profit d'un moteur de recherche comme Google pour rechercher des informations très précises. Je dirais même que ces méthodes de recherches avancées vont permettre d'exposer l'invisible. Avant cela, il me semble important de vous expliquer comment fonctionne l'indexation des pages et du contenu au sein des moteurs de recherche.

Avis de non-responsabilité : cet article et cette vidéo sont réalisés à titre éducatif. Je ne serai pas responsable des activités réalisées à partir des connaissances acquises avec ce contenu.

🎥 Disponible au format vidéo :

II. L'indexation des pages et du contenu sur Google

Les moteurs de recherche contiennent des milliards de pages dans leurs index et ces pages sont retournées dans les résultats en fonction de la demande de l'utilisateur. Pour indexer les pages, les moteurs de recherche s'appuie sur ce que l'on appelle des crawlers (mais aussi : agents, bots ou encore robots).

On peut dire que le robot d'un moteur de recherche sait faire deux choses :

  • Lire le contenu d'une page et enregistrer son contenu dans la base du moteur de recherche (indexation)
  • Suivre les liens contenus dans une page : accès à d'autres pages, qui peuvent être indexées également

Néanmoins, nous avons le pouvoir de dire si "oui" ou "non", on autorise le robot à indexer une page dans sa base. Pour cela, on déploie à la racine de son site Internet ou de son application Web, un fichier nommé "robots.txt". Ce fichier contient les règles d'indexation que doivent appliquer les robots.

Note : l'indexation des pages sur un site Internet s'appuie aussi sur un fichier Sitemap. Ce fichier va servir à déclarer les pages à indexer pour faciliter le travail des robots.

Dans l'exemple ci-dessous, on autorise tous les User-agent - c'est-à-dire tous les robots - dans tous les répertoires sauf le contenu du répertoire "/wp-admin/". Il s'agit d'un répertoire sensible puisqu'il s'agit du répertoire de l'interface d'administration sous WordPress.

User-agent: *
Disallow: /wp-admin/

Dans le même esprit, si vous hébergez des PDF sur votre site Web et que vous ne souhaitez pas qu'il soit indexé, il faudra inclure une règle pour le dire :

User-agent: *
Disallow: /*.pdf$

Il existe de nombreux robots différents. Par exemple, nous avons :

  • Google Images : Googlebot-Image,
  • Google : Googlebot,
  • Bing : Bingbot,
  • Qwant : Qwantify ou Qwant-news
  • DuckDuckGo : DuckDuckBot

Grâce au fichier robots.txt évoqué précédemment, on peut gérer les règles pour chaque robot, mais généralement on le fait de façon globale pour rester cohérent. Il est à noter que Google propose un outil en ligne pour tester son fichier "robots.txt" : un bon moyen de tester ses règles.

Vous l'aurez compris, un mauvais lien placé sur une page ou une mauvaise gestion du fichier robots.txt peut mener à l'indexation de pages ou de fichiers sensibles avec du contenu confidentiel. C'est là que la notion de Google Dorks entre en jeu !

Grâce aux Google Dorks, nous allons pouvoir trouver des informations cachées mais disponibles car elles sont indexées par Google. Les propriétaires de ces pages ne sont pas au courant qu'elles sont indexées, alors c'est là que ça peut devenir dangereux et préjudiciable !

III. Que peut-on trouver avec les Google Dorks ?

Comme je le disais, avec les Google Dorks on peut exposer l'invisible ! Lorsque l'on effectue une recherche sur Google ou un autre moteur de recherche, on saisie généralement une phrase, par exemple "Qu'est-ce que les Google Dorks ?" ou alors quelques mots clés "définition google dorks". Ensuite, le moteur de recherche nous retourne toutes les pages où il a trouvé ses mots, en classant ses pages par pertinence grâce à ses algorithmes.

Ce sont des requêtes basiques que l'on utilise tous les jours et qui permettent de rechercher de l'information. Quand on parle de Google Hacking, on effectue des recherches avancées que l'on peut associer à une investigation.

On peut trouver tellement de choses différentes qu'il n'est pas possible d'établir une liste exhaustive. Voici tout de même quelques exemples de ce que l'on peut trouver grâce aux Google Dorks :

  • Equipements non protégés exposés sur Internet : switchs, caméras, routeurs, imprimantes, etc.
  • Fichiers sensibles : liste du personnel, liste d'utilisateurs et mots de passe, etc.
  • Fichiers correspondant à des listes de prix (pricelist)
  • Pages d'authentification sur des applications Web : espace d'administration d'un site, PhpMyAdmin, etc...
  • Serveurs exposés sur Internet et mal configurés voire pas configurés : page par défaut d'Apache
  • Etc...

Lorsque l'on utilise les Google Dorks, on peut effectuer des requêtes avancées pour obtenir une information sans impact réel, mais aussi effectuer des requêtes offensives ou défensives. Les intentions comptes et la notion d'éthique est importante ! 

Note : nous parlons généralement de Google Dorks mais il faut savoir que les autres moteurs de recherche prennent en charge ces requêtes. Néanmoins, on ne peut pas nier : Google est certainement le moteur de recherche le plus complet et le plus précis alors il y a tout intérêt à l'utiliser dans le cadre d'une investigation. Mais, cela reste intéressant de comparer les résultats entre plusieurs moteurs de recherche.

IV. Google Dorks - Google Hacking : les opérateurs de recherche

Nos requêtes quotidiennes sont basiques et n'exploitent pas tout le potentiel des moteurs de recherche. Les opérateurs de recherche vont permettre d'exploiter tout le potentiel des moteurs de recherche. C'est le moment d'apprendre à les connaître au travers de quelques exemples.

Reprenons, l'exemple évoqué précédemment avec la requête :

définitions google dorks

Lorsque l'on saisie cette requête sur Google, on obtient plus de 5 millions de résultats. C'est énorme ! En fait, Google retourne les résultats en prenant les trois mots clés individuellement.

Par contre, si j'effectue la même requête en apportant une légère modification :

définitions "google dorks"

Simplement en indiquant des guillemets autour de "google dorks", je suis passé de plus de 5 millions de résultats à 253 000 résultats ! Pourquoi ? Lorsque l'on met des guillemets, cela indique au moteur de recherche qu'il doit rechercher la phrase exacte et que le résultat doit inclure cette phrase ! On ne lui demande pas de rechercher "google" et "dorks" dans les pages, mais on lui demande de rechercher "google dorks" : ce qui correspond réellement à ce que l'on cherche. Tandis qu'une page qui contient les mots "google" et "dorks" séparément, ne correspondra peut être pas.

Google prend en charge de nombreux opérateurs de recherche qui vont permettre d'affiner notre requête et obtenir des résultats précis. Celui que nous venons de voir est basique, mais il en existe d'autres, bien plus puissant.

Je vous propose une liste de quelques opérateurs de recherche très utiles et couramment utilisés :

  • site:
    • Rechercher sur un site spécifique / voir les pages indexées pour un site
    • Exemple pour le domaine it-connect.fr : site:it-connect.fr
    • Rechercher les pages en lien avec Windows Server sur le site it-connect.fr : site:it-connect.fr Windows Server
  • filetype:
    • Rechercher une extension de fichier spécifique
    • Exemple pour rechercher des fichiers PDF associé au mot clé "CV" : filetype:pdf CV
  • intitle:
    • Rechercher des mots clés dans le titre de la page
    • Exemple pour rechercher des pages d'authentification GLPI : intitle:"GLPI - Authentification"
  • allintitle
    • Similaire à intitle: sauf que l'on veut tous les mots clés dans l'URL
  • inurl:
    • Rechercher des mots clés dans l'URL de la page
    • Exemple pour rechercher des caméras ou des enregistreurs vidéos (DVR) : inurl:/login.rsp
  • after:
    • Afficher uniquement les résultats référencés après une date spécifique
    • Exemple pour prendre le 1er Mai 2021 comme référence : after:2021-05-01

Il est à noter que plusieurs opérateurs peuvent être utilisés dans la même requête. On peut aussi utiliser plusieurs valeurs possibles pour un même opérateur grâce à la directive "OR" (ou). Par exemple, on peut rechercher les fichiers DOCX et PDF qui contiennent notre nom et notre prénom (à adapter, bien sûr) :

prenom nom filetype:docx OR filetype:pdf

Il y a aussi des mots clés un peu plus fun ! Par exemple, nous avons "movie:" qui permet de rechercher des films avec un acteur spécifique.

movie:will smith

V. Exemples Google Dorks - Google Hacking : GHDB

Avant toute chose, pour effectuer vos requêtes basées sur les Google Dorks, je vous recommande d'utiliser le navigateur Tor (Tor Browser) ou une connexion VPN. Même si, dans de nombreux cas Google bloquera vos requêtes car il n'apprécie pas trop l'usage de Tor. Enfin, si vous pensez que c'est nécessaire vis-à-vis de la recherche que vous allez faire ! Pour une simple requête, agir dans une fenêtre de navigation privée me semble suffisant.

On pourrait inventer nos propres requêtes par rapport à ce que l'on a vu précédemment, mais sachez que le site exploit-db.com contient une section nommée "Google Hacking Database" (GHDB) : elle contient plus de 6 500 requêtes Google Dorks différentes ! Elle est régulièrement mise à jour par la communauté du site. Un véritable moteur de recherche pour Google Dorks !

Pour cet exemple, je vais prendre une requête qui permet de rechercher des switchs NETGEAR référencé sur Google : je n'ai rien contre NETGEAR. Surtout, je tiens à préciser que ce cas de figure n'est pas propre à NETGEAR car on peut trouver des pages pour de nombreux fabricants (le problème ne vient pas du fabricant...).

On va tout simplement aller sur Google et saisir la requête Dork indiquée sur le site exploit-db.com. Cette requête retourne 282 résultats, tout de même !

A quoi correspondent-ils ? Il s'agit d'interfaces d'administration de switchs NETGEAR, référencées sur Google ! L'URL est en fait l'adresse IP publique sur laquelle le switch est accessible. Certains switchs sont inaccessibles tandis que pour d'autres, cela fonctionne !

Imaginons un switch exposé de cette façon, qui serait en plus vulnérables à des failles de sécurité, on pourrait prendre la main dessus, etc.... Derrière, cela peut être lourd de conséquence pour l'entreprise. On peut aussi être beaucoup plus gentil et chercher à rentrer en contact avec le propriétaire du switch pour l'avertir et lui éviter des ennuis ! L'ETHIQUE !

Tiens, celui-ci fonctionne.... Je me retrouve connecté sur l'interface d'administration d'un switch !

Lorsqu'un équipement est référencé dans Google, l'adresse du site correspond à l'adresse IP. Pour savoir si vous avez un équipement référencé sur Google, vous pouvez effectuer la requête suivante :

site:X.X.X.X

X.X.X.X correspond à votre adresse IP publique. Si vous en avez plusieurs, il faudra répéter l'opération.

Si vous utilisez WordPress, vous pourriez vérifier également que votre interface d'administration n'est pas référencée dans Google :

inurl:/wp-admin/ site:<votre domaine>

Je vous encourage à utiliser les exemples de la base GHDB pour bien appréhender la syntaxe des opérateurs et cette notion de Google Dorks.

En complément, voici quelques requêtes sélectionnées :

  • Rechercher les serveurs Web Apache2 avec une page par défaut
# Ubuntu
intitle:"Apache2 Ubuntu Default Page: It works"
# Debian
intitle:"Apache2 Debian Default Page: It works"
  • Rechercher des switchs Dell OpenManage
intitle:"Dell OpenManage Switch Administrator" intext:"Type in Username and Password, then click OK"
  • Rechercher des pages de statut de caméra (configuration de la caméra)
intitle:"Camera Status" inurl:/control/
  • Rechercher des pages de connexion sur un Webmail Exchange
site:exchange.*.*/owa/
ou
intitle:"Exchange Log In"

C'est quand même drôle de tomber là-dessus :

Pour finir, je souhaitais partager avec vous un dernier exemple ! Bien que ce soit pas lié directement à la sécurité, sachez qu'il est possible d'obtenir des catalogues de prix appelés "pricelist" grâce à un moteur de recherche. Cela ne fonctionne pas pour tous les fabricants, mais on peut obtenir des fichiers Excel plus ou moins récents avec des prix de matériel, ce qui donne toujours une indication ! Par exemple :

pricelist dell filetype:xlsx

Note : restez vigilant pendant vos recherches, notamment lorsque vous téléchargez des fichiers depuis un site.

VI. Conclusion

Au final, l'utilisation des Google Dorks est à la portée de tous ! En quelque sorte, on peut dire que c'est une question de créativité pour imaginer la requête magique qui va nous permettre de trouver l'information que l'on recherche. Quoi que, la base de données du site exploit-db.com est déjà conséquente ! Grâce aux Google Dorks, on peut exploiter le potentiel maximum des moteurs de recherche !

Même dans le cadre des recherches quotidiennes, les Google Dorks peuvent s'avérer très utile car c'est une manière très puissante d'affiner les résultats de votre requête. Pour aller plus loin, il existe des outils pour utiliser les Google Dorks, je pense notamment à DorkMe et à PaGoDo (Passive Google Dorks).

Maintenant à vous de passer à l'action avec une session de Dorking défensive pour identifier les éventuelles vulnérabilités qui pourraient affecter votre propre site Internet, vos propres serveurs ou vos propres équipements.

Partagez cet article Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager sur Google+ Envoyer par mail

Florian Burnel

Ingénieur système et réseau, cofondateur d'IT-Connect et Microsoft MVP "Cloud and Datacenter Management". Je souhaite partager mon expérience et mes découvertes au travers de mes articles. Généraliste avec une attirance particulière pour les solutions Microsoft et le scripting. Bonne lecture.

florian has 3288 posts and counting.See all posts by florian

2 thoughts on “Google Dorks – Google Hacking : exploiter toute la puissance de Google

  • Bonjour,
    J’aime bien votre site. Je ne sais pas comment je suis arrivé dessus car je n’arrive jamais à le retrouver… 😀
    Va falloir faire un effort de référencement 😉

    En tout cas il est maintenant dans mes favoris au travail et chez moi (et je partage autant que faire se peut).

    Bon courage et encore merci pour votre partage.

    Répondre
    • Hello Pierre,
      Pourtant le site est bien référencé (enfin je crois ahah) et en général on trouve facilement les articles. J’avoue que ta remarque me surprend un petit peu :-p
      Merci pour ton soutien en tout cas, et à bientôt ! 🙂
      Florian

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.