Protocole ROBERT : la proposition de l’Inria pour le Contact Tracing

Afin de mieux surveiller l'évolution de la pandémie du Covid-19, plusieurs entités sont sur le pont afin d'imaginer et de développer une application de Contact Tracing. L'Inria travaille sur ce dossier dans le cadre du projet PEPP-PT et proposer son protocole ROBERT.

L'Inria (Institut de Recherche en Informatique et en Automatique) a dévoilé une première version de son protocole de suivi des contacts : ROBERT pour « ROBust and privacy presERving proximity Tracing ». L'objectif est de proposer un protocole dédié à cet usage que les développeurs d'application pourraient implémenter dans leurs applications directement, avec un protocole respectueux de vos données personnelles. La CNIL veillera d'ailleurs à ce que ces applications respectent le RGPD.

A l'origine du protocole, ce sont les chercheurs de l'équipe PRIVATICS et sans surprise ils ont choisi une architecture basée sur la technologie Bluetooth. Pour éviter de divulguer des informations personnelles, le protocole se base sur l'utilisation de pseudonymes correspondants à des « Crypto-identifiants ». En aucun cas ce protocole repose sur la géolocalisation, mais seulement sur la détection via Bluetooth.

Le directeur de l'Inria précise sur le Github du projet qu'il n'est pas question de permettre une quelconque surveillance des Français avec ce protocole et l'intégration dans des applications : « sa conception permet que PERSONNE, pas même l’Etat, n’ait accès à la liste des personnes diagnostiquées positives ou à la liste des interactions sociales entre les personnes. »

Lorsque l'on installe une application intégrant ROBERT, à la première connexion avec le serveur, l'appareil de la personne récupère son pseudonyme. Ensuite, lorsque l'on croise d'autres personnes, les pseudonymes sont automatiquement échangés. L'historique des personnes croisées est synchronisé sur le serveur central afin de comparer si leur pseudonyme se trouve dans la liste des personnes infectées. Si c'est le cas, vous êtes prévenu. Cela nécessite que l'utilisateur indique dans l'application qu'il est infecté : quelles sont les conditions permettant à quelqu'un de se déclarer infecté ? Ce n'est pas le protocole ROBERT qui répondra à cette question, ce n'est pas son rôle.

Retrouvez l'infographie sur le protocole ROBERT directement sur Github

Partagez cet article Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager sur Google+ Envoyer par mail

Florian B.

Consultant chez Délibérata le jour, blogueur pour IT-Connect la nuit, je souhaite partager mon expérience et mes découvertes au travers de mes articles. Généraliste avec une attirance particulière pour les solutions Microsoft et le scripting. Bonne lecture.

florian has 2511 posts and counting.See all posts by florian

3 pensées sur “Protocole ROBERT : la proposition de l’Inria pour le Contact Tracing

  • Je n’arrive pas à comprendre la liaison entre la personne physiquement malade et le crypto-identifiant

    peut être ai-je mal compris ?

    tu as une applis avec ROBERT du coup je télécharge mon crypto-identifiant

    Je tombe malade, je vais à l’hôpital (secret médical ?) qui indique que je suis dorénavant malade ? un médecin qui aurait accès a la base ? je l’indique moi-même ?

    le problème c’est que si quelqu’un d’autre que moi peu indiqué que je suis malade, alors il n’y a plus d’anonymat et donc risque de pistage

    si je suis le seul à indiquer que je suis malade alors la question se pose de qui jouera réellement le jeu

    Les gens ne voudront pas être vu comme étant la personne que l’on doit éviter

    À voir du coup

    Répondre
    • Salut,

      D’après ce que j’ai compris c’est à la personne de jouer le jeu et donc de se déclarer comme étant malade au niveau de l’application. Ce qui peut fortement impacter le taux de fiabilité du système…. Je suis d’accord avec toi.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.