Quand l’innovation est destructive, que fait-on des caissières ?

J'ai l'impression que plus on innove et plus on va dans le mur... La courbe du nombre d'innovations dans le domaine des technologies de l'information est inversement proportionnelle au nombre de chômeurs...

En clair, plus on innove dans ces domaines et plus la santé financière de notre pays, de nos pays, décroit ! Certes, grâce au « big data » on sait dorénavant très bien compter les chômeurs, on sait d'où ils viennent, où ils habitent, on compte très bien la dette également... Mais à quoi cela peut bien servir puisque la pauvreté n'arrête pas d'augmenter !

Avec les indemnités « chômage », voire le RSA, on peut se payer une box triple-play à 19,99EUR (voire à 19,98EUR...), un abonnement de mobile à 2EUR, un PC ou une tablette à 300EUR et manger des chips toute la journée en alimentant son compte Facebook : c'est cela le progrès ?

Mais quel rapport avec le métier de D.S.I me direz-vous ?

En tant que D.S.I, avez-vous déjà présenté un projet innovant, permettant à la fois de remplacer du personnel dédié à des tâches ingrates ou peu valorisantes tout en proposant un « reclassement » pour ces dits salariés vers de nouveaux services que pourrait vendre votre entreprise ?

En tant que D.S.I, vous êtes vous systématiquement posé la question suivante pour chaque nouveau projet : le R.O.I (retour sur investissement) ne repose t-il pas uniquement sur la suppression de tel ou tel poste de charges ? Sous-entendu sur la suppression de personnels ?

A l'heure où la conquête spatiale n'est plus vraiment d'actualité et où la voiture qui vole n'existe que dans de vieux livres de science-fiction des années 70, êtes-vous plutôt un D.S.I d'innovations ou plutôt un D.S.I de progrès ? Le progrès conjuguant à la fois l'innovation et la prise en compte de l'amélioration de la vie de nos civilisations, de nos concitoyens, de nos collègues...

Grâce à Twitter, on a pu suivre en temps réel, le déroulement des « émeutes » à Kiev, que faut-il retenir de cela : le fait que les serveurs de « Twitter » ont tenu la charge ou les « émeutes » ? Et à Bangui, on « Twitte » ? Dans le terme « social networking », on retient « social » ou « network » ? On extermine les caissières à coup de « self-chariot » (passe ton chariot toi-même à la caisse...) et on les forme à quoi, au métier de « Community manager » ?

Alors, on innove ou on progresse ?

cover-chariot

Partagez cet article Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager sur Google+ Envoyer par mail

LeCastillan

D.S.I autodidacte d'une E.T.I (Entreprise de Taille Intermédiaire) de 400 personnes ayant une activité internationale 24/7 - Passionné - Aime écrire - Aime les choses "simples" - Aime la Liberté - Aime l'Open Source - Curieux - Pragmatique...

    lecastillan has 47 posts and counting.See all posts by lecastillan

    3 pensées sur “Quand l’innovation est destructive, que fait-on des caissières ?

    Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

     

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.