SILL 2022 : voici les logiciels libres recommandés par le gouvernement

Tous les ans, le gouvernement met à jour le socle interministériel de logiciels libres (SILL) afin d'indiquer aux organismes publics et à l'administration française quels sont les logiciels libres préconisés. Quels sont les derniers changements apportés à cette liste ? Faisons le point.

Le gouvernement français a mis en ligne l'édition 2022 du SILL, un document dans lequel nous retrouvons une liste des logiciels libres recommandés, ainsi qu'une liste de ceux qui ne sont plus recommandés, avec la raison de ce changement de position dans certains cas. Chaque année, de nouveaux logiciels viennent s'ajouter à cette liste, tandis que d'autres sont retirés. Par exemple, la solution de supervision Shinken n'est plus recommandée, car elle n'est plus maintenue, et le très populaire logiciel Audacity n'est plus recommandé non plus, car il a été racheté par une entreprise russe qui l'utilise désormais pour collecter des données sur les utilisateurs. Ces logiciels sont retirés depuis 2020 et 2021.

Cette liste est disponible sur le site code.gouv.fr et elle est déterminée par la Direction interministérielle du numérique (DINUM) et par un ensemble de référents. Il s'agit d'agents publics qui sont référent pour un ou plusieurs logiciels au sein de l'organisation dans laquelle il travaille, et qui souhaite apporter leur contribution au SILL.

Depuis plusieurs années, le gouvernement met en avant les logiciels libres et incite les administrations à montrer l'exemple en adoptant les solutions recommandées. D'un autre côté, plusieurs acteurs comme Microsoft proposent des offres gratuites à destination des écoles publiques (Office 365 Éducation, par exemple), ce qui entre directement en concurrence avec les solutions libres.

Les entrées et les sorties du SILL 2022

Il y a eu beaucoup plus d'entrées que de sorties : 77 nouveaux logiciels ajoutés au SILL contre 11 logiciels retirés en 2022, sur un total de 18. L'excellente suite bureautique OnlyOffice fait son apparition dans cette liste, tout comme le gestionnaire de mots de passe Bitwarden qu'il est possible d'autohéberger, ainsi que le gestionnaire de paquets Chocolatey ! Nous pouvons également citer d'autres exemples : Python, BlueMind, GanttProject, Dovecot, Symfony, SambaEdu, SuiteCRM, iTop, FileSender, AngularJS, Vim, etc. Pour les amateurs de Raspberry Pi, sachez que la distribution Raspberry Pi OS est intégrée à cette édition 2022. Du côté des logiciels retirés, la solution de supervision Nagios n'est plus recommandée, ce qui n'est pas surprenant.

Vous pouvez retrouver la liste complète sur cette page : SILL 2022

Partagez cet article Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager sur Google+ Envoyer par mail

Florian Burnel

Ingénieur système et réseau, cofondateur d'IT-Connect et Microsoft MVP "Cloud and Datacenter Management". Je souhaite partager mon expérience et mes découvertes au travers de mes articles. Généraliste avec une attirance particulière pour les solutions Microsoft et le scripting. Bonne lecture.

florian has 4258 posts and counting.See all posts by florian

4 thoughts on “SILL 2022 : voici les logiciels libres recommandés par le gouvernement

  • Bonjour,
    « la solution de supervision Nagios n’est plus recommandée, ce qui n’est pas surprenant » –> Pardonnez moi, mais j’ai du zappé le « pourquoi ce n’est pas surprenant » ?
    Cordialement,

    Répondre
    • Hello Seb,
      Je crois que je me suis un peu enflammé : je pensais que Nagios n’était plus maintenu depuis un moment, d’où cette remarque. Visiblement, je n’ai pas regardé au bon endroit… Malheureusement, le document du SILL ne précise pas la raison de cet abandon. Bizarrement, CentOS est toujours dans la liste par contre !

      Répondre
  • « la raison de cet abandon » –> Si quelqu’un à la raison ?

    Répondre
  • Bonjour,
    Je suis étonné de ne pas trouver Joomla dans la liste.
    Bonne journée
    Cordialement
    Jeff

    Répondre

Répondre à Seb. Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.