Test Anker PowerConf C300 : une Webcam taillée pour le télétravail

I. Présentation

Anker a créé une nouvelle gamme de produits nommée AnkerWork qui s'adresse aux professionnels et va permettre de vous équiper au bureau, mais aussi à la maison pour le télétravail. Cette gamme de produits contient une caméra, ou plutôt une Webcam pour reprendre le terme historique : Anker PowerConf C300.

Dans cet article, je vous propose mon avis sur ce produit. Ce sera aussi pour moi l'occasion de le comparer avec le modèle que j'utilise à chaque fois que je tourne une vidéo pour la chaîne YouTube d'IT-Connect : Logitech Streamcam.

Pour sa caméra PowerConf C300, Anker nous propose un capteur avec une résolution Full HD (et HDR), capable d'enregistrer en 1080p @ 60 fps, de quoi obtenir une image nette et fluide. Quant au champ de vision de la caméra, il y a trois possibilités :

  • 78 degrés pour un gros plan,
  • 90 degrés pour un plan standard sur une personne
  • 115 degrés pour un plan large et prendre plusieurs personnes

La caméra bénéficie de l'intelligence artificielle pour réaliser le cadrage automatique de l'image, mais l'autofocus et le suivi automatique du visage.

En complément, la caméra est dotée de deux micros. Le prix de lancement de la caméra Anker PowerConf C300 est de 129,99 euros.

II. Package et design

La boîte nous donne un aperçu de la caméra et à l'arrière des informations sur les caractéristiques principales. À l'intérieur, nous avons la caméra bien sûr, mais aussi la notice, le câble USB-C/USB-C, un adaptateur USB-C vers USB-A (top !) et deux "caches de protection de la vie privée" pour la caméra. L'obturateur n'est pas installé par défaut, il faudra venir le coller sur la caméra, si vous souhaitez l'utiliser.

La caméra en elle-même est en plastique, mais nous avons le droit à un verre en façade, ce qui apporte une touche d'élégance et de la brillance. L'optique est au centre, tandis que nous avons un micro à chaque extrémité de la caméra. Un voyant LED est positionné à droite de l'optique.

Le format de la webcam est classique puisqu'il s'agit d'une caméra montée sur un support en forme de pince. Les finitions sont impeccables et le design de la caméra est passe-partout. L'appareil me semble solide, y compris les charnières du support.

Le câble USB-C est totalement amovible, ce que je trouve très bien, car on peut utiliser un câble plus long si besoin, et surtout si le câble est HS, il suffit de le remplacer. C'est un détail, mais c'est très loin d'être une généralité sur les webcams.

Grâce à son système de fixation très modulable, cette caméra pourra se fixer aussi bien sur un écran que sur un ordinateur portable, voire même à plat sur un bureau ou un autre support (le dessous est antidérapant). Pour couronner le tout, on peut l'installer sur un trépied, car elle intègre le filetage universel qui le permet. En plus des ajustements au niveau du pied, on peut également faire une rotation de la caméra, autant vertical qu’horizontal : de quoi ajuster encore un peu plus la position de la caméra. D'un point de vue des possibilités de montage et des réglages manuels, je trouve que l'on est très bien servi !

Lorsque le cache pour masquer l'optique de la Webcam est installé, c'est beaucoup moins joli d'un point de vue esthétique. Ce cache fait un peu cheap par rapport au reste de la caméra, mais bon on n’est pas obligé de l'utiliser de toute façon.

III. La webcam Anker PowerConf C300 dans la pratique

La webcam d'Anker me fait une très belle impression jusqu'ici. Il ne reste plus qu'à espérer que ce soit le cas dans la pratique !

Pour configurer la caméra, il faut commencer par installer le logiciel AnkerWork. Il s'installe rapidement, mais n'est pas disponible en français. Il faudra se satisfaire de l'anglais (il y a quelques autres langues). Le logiciel permet de mettre à jour le firmware : une opération facile à réaliser et indispensable pour profiter des dernières améliorations.

Le logiciel ne permet pas d'enregistrer de photos ou de vidéos directement à partir de la Webcam. Il sert à gérer les mises à jour firmware et à configurer la caméra. Au sein des réglages, nous allons pouvoir ajuster la luminosité, le contraste, etc... Mais aussi la résolution, le nombre d'images par seconde, l'angle de vue, le HDR et gérer les différentes fonctions basées sur l'intelligence artificielle (auto-frame, self-frame).

Aperçu du logiciel AnkerWork

Pour vous faciliter la tâche au niveau des réglages, la caméra intègre plusieurs modes prédéfinis. C'est une bonne idée, car en choisissant le mode "Conference room Mode", on passe automatiquement en grand-angle, avec le cadrage automatique.

Sans bouger la caméra et en étant à la même position, voici trois photos prises avec la Webcam Anker en utilisant les trois angles de vue proposés. L'angle de 115° apporte un vrai plus, car nous avons une vue large, ce qui est idéal s'il y a deux ou trois personnes devant la Webcam.

Ci-dessous, deux prises de vue identique, à la salle différence que le HDR est actif dans un cas (droite) et inactif dans l'autre (gauche). Grâce au HDR, on gagne en luminosité, mais les couleurs ont tendance à devenir trop vives. Bon, il faut tenir compte du fait que j'ai des coups de soleil aussi. 😁 - Par contre, j'ai vu clairement l'intérêt du HDR lorsque je me positionne en surexposition (avec la fenêtre dans mon dos) : je reste bien visible, tandis que la lumière éblouissante est atténuée.

Lorsque la luminosité est très faible, je trouve que l'image reste bien visible. Voici un aperçu, dans le noir avec pour seule lumière l'éclairage des écrans (et un fond d'écran sombre).

Les fonctionnalités de cadrage intelligent, nommées Auto-frame et Self-frame sont au point. Il y a un bon suivi des mouvements, si l'on se déplace, tout en restant dans le champ de vision de la caméra, elle va adapter l'image automatiquement. Adapter l'image, c'est-à-dire zoomer sur votre visage et vous centrer dans l'image. C'est un plus pour cette webcam.

Quant à la qualité de l'image, ce sera bien pour une visioconférence, mais cela me semble insuffisant pour enregistrer du contenu, à cause du manque de détails de l'image (tout dépend de votre niveau d'exigence 😉 ). Je trouve que la qualité d'image de la webcam Logitech StreamCam est meilleure.

Le micro de la caméra est satisfaisant pour les visioconférences, mais pour la production de contenu ce ne sera pas au niveau (mais c'est normal pour un micro de Webcam). Ce qui est appréciable, c'est la suppression du bruit grâce à l'IA.

À mon avis, le logiciel AnkerWork mérite encore d'être optimisé, car il consomme continuellement 20% de CPU lorsqu'il est actif. Heureusement qu'il faut le démarrer seulement lorsqu'il est nécessaire de modifier la configuration de la caméra.

IV. Conclusion

La Webcam Anker PowerConf C300 est un bon produit, qui sans aucun doute, peut rendre bien des services. La qualité de fabrication est très bonne et l'appareil peut être positionné de nombreuses façons. Ensuite, l'image peut être ajustée pour être plus ou moins large, en fonction de l'environnement dans lequel on se trouve, mais aussi du nombre de participants. Les fonctionnalités basées sur l'IA et le HDR apportent un plus, et c'est ce que l'on peut attendre d'une webcam en 2021.

La qualité de l'image et le micro seront suffisants pour réaliser des réunions ou animer un webinar, néanmoins, ce ne sera pas suffisant pour créer du contenu. En même temps, la Webcam n'est pas forcément pensée pour cet usage.

Test Anker PowerConf C300

Son prix (129,99 euros) me semble cohérent compte tenu des fonctionnalités de la Webcam, notamment le cadrage intelligent, le HDR et les différents angles, qui sont loin d'être une généralité sur le marché ! À coup sûr, ces fonctionnalités lui permettent de se démarquer de la concurrence.

Actuellement, la Webcam PowerConf C300 est proposée à 99,99 euros sur Amazon grâce à un coupon à activer directement sur le site. C'est le moment d'en profiter !

Anker PowerConf C300

129.99 €
7.9

Package et design

8.5/10

Qualité de l'image

7.5/10

Qualité du micro

7.0/10

Fonctionnalités

8.5/10

Points positifs

  • Suivi des mouvements au point
  • Multiple possibilités de montage
  • Trois angles de vue, dont 115°
  • Câble USB-C amovible (et donc remplaçable)
  • Micro avec suppression du bruit
  • Bonne qualité d'image (y compris de nuit)

Points négatifs

  • Logiciel à perfectionner
  • Un cache de protection un peu cheap
Partagez cet article Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager sur Google+ Envoyer par mail

Florian Burnel

Ingénieur système et réseau, cofondateur d'IT-Connect et Microsoft MVP "Cloud and Datacenter Management". Je souhaite partager mon expérience et mes découvertes au travers de mes articles. Généraliste avec une attirance particulière pour les solutions Microsoft et le scripting. Bonne lecture.

florian has 3285 posts and counting.See all posts by florian

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.