Test Black Shark 4 : un rapport qualité/prix que les gamers vont adorer !

I. Présentation

Disponible depuis avril 2021, le smartphone Black Shark 4 est le tout dernier smartphone orienté gaming de chez Xiaomi. Il s'agit du quatrième modèle Black Shark. Avec ce smartphone, Xiaomi cherche à proposer un appareil avec un rapport qualité/prix intéressant si l'on aime jouer sur mobile !

Pour commencer, prenez connaissance des caractéristiques ci-dessous :

  • Écran : AMOLED de 6,67 pouces / Full HD+ (1080*2400) / 144 Hz / HDR10+
  • CPU : Snapdragon 870 (5G)
  • GPU : Adreno 650
  • RAM : 8 Go ou 12 Go (LPDDR5)
  • Stockage : 128 Go ou 256 Go, UFS3.1
  • Batterie : 4 500 mAh (2 x 2250 mAh, non amovible)
  • Bluetooth 5.0 (compatible AptX, AptX HD, AptX Adaptive et LDAC)
  • Wi-Fi 6
  • Dual-SIM
  • Prise audio Jack
  • Pas de certification d'étanchéité
  • Système : JOYUI 12.5 basé sur MIUI12 (Android 11)
  • Épaisseur : 10.42 mm
  • Poids : 210 grammes

Le processeur Snapdragon 870 n'est pas le plus puissant, mais il s'agit tout de même d'un SoC haut de gamme. Il devrait suffire pour jouer à l'ensemble des jeux disponibles sur Android ! Nous verrons si cela se confirme dans la pratique. Voici mon test du Xiaomi Black Shark 4.

Page officielle

II. Package et design

Lorsque l'on voit la décoration de cette boîte pour la première fois, on comprend que l'on va rentrer dans l'univers du gaming à partir du moment où l'on va l'ouvrir. En tout cas, c'est ce que l'on espère.

A l'intérieur, nous retrouvons de beaux autocollants Black Shark, une coque en plastique dur aux allures d'armure pour notre Black Shark, ainsi qu'un chargeur 67 Watts. La version "Pro" du smartphone bénéficie d'un chargeur 120 Watts qui promet de recharger l'appareil à 100% en seulement 17 minutes. C'est impressionnant ! Nous verrons combien de temps il faut avec le chargeur 67 Watts.

Découvrons le Black Shark 4 en lui-même. Son format est classique, si ce n'est qu'il est relativement épais. Cela se justifie par l'intégration d'un système de refroidissement liquide à l'intérieur du smartphone.

La touche gaming est surtout visible sur l'arrière de l'appareil avec les effets sur le dos de l'appareil. Le dos de l'appareil est en plastique, mais il semble de bonne qualité. De manière générale, les finitions de l'appareil sont bonnes et on a même le droit à un contour en métal. Alors oui, il n'y a pas de dos en verre, il n'y a pas non plus d'éclairage RGB sur le dos de l'appareil, mais c'est le genre de chose qu'il faut oublier pour payer son smartphone moins cher.

Puisque c'est un smartphone imaginé pour les gamers, il est pensé pour être utilisé en mode paysage. Lorsque l'on prend le smartphone en mode paysage, on a la possibilité de faire ressortir deux gâchettes baptisées "Pop-Up Triggers" c'est-à-dire deux boutons physiques supplémentaires, qui s'active avec des boutons switchs. Pour jouer, ça va être top !

Par contre la pris Jack se situe à côté du port USB-C, un grand classique vous allez me dire, mais par contre si on branche un casque audio sur la prise Jack et que l'on tient le smartphone en mode paysage, on pourrait être gêné par le câble. Peut-être qu'il aurait pu être positionné à la place du lecteur d'empreinte ? Ce dernier étant situé sur le côté du smartphone.

Finalement, l'aspect général du Black Shark 4 est assez classique, mis à part quelques détails sur le dos qui rentre bien dans l'esprit gaming. Il n'y a rien d'extravagant, d'impressionnant : probablement pour réduire les coûts. Il faudra retenir que les finitions de l'appareil sont bonnes, ce qui est rassurant et de bon augure pour la suite !

III. Qualité des photos / vidéos

Ce ne sera pas le meilleur smartphone en photos ni en vidéos. Ce n'est pas son objectif principal, sans vouloir faire de mauvais jeu de mots. Ce qu'il veut, c'est vous permettre de jouer sans concession à vos jeux vidéos préférés, en toute mobilité. Malgré tout, nous sommes en droit d'avoir quelques attentes sur la partie photo.

Le module arrière du Black Shark 4 est constitué de trois modules :

- Capteur principal grand-angle : 48 mégapixels (F/1.8)
- Capteur ultra grand-angle : 8 mégapixels, 125° (F/2.2)
- Capteur macro : 5 mégapixels (F/2.0)

Le module frontal quant à lui est de 24 mégapixels.

Intéressons-nous au module arrière.

En bonne condition, c'est-à-dire lorsque la luminosité est bonne, le Black Shark 4 s'en sort bien sur les photos. Suffisamment bien pour satisfaire les utilisateurs dont la photo ne sera pas la priorité. Franchement, les photos sont belles, même si on constate un lissage important lorsqu'il y a un manque de luminosité. Normal pour un appareil comme celui-ci. Le mode macro fonctionne bien également, la qualité de l'élément au premier plan est bonne ; je suis agréablement surpris ! Au niveau des couleurs, je trouve qu'elles sont un peu plus vives que la réalité.

Enfin, il permet d'enregistrer des vidéos en 4K jusqu'à 60 fps, et en mode "Ralenti" en 1080p jusqu'à 240 fps.

Voici quelques photos réalisées avec une bonne luminosité :

IV. Autonomie

Le smartphone tient une grosse journée en utilisation active, avec de l'internet, des messages, l'utilisation de diverses applications et bien sûr quelques petites sessions de jeu.

Avec le chargeur 67 Watts officiel, le smartphone passe de 0% à 100% en 23 minutes et quelques secondes, ce qui est une très belle performance ! Pour atteindre 17 minutes, il faut avoir le chargeur plus puissant, mais 23 minutes c'est top déjà !

V. Performances et JOYUI 12.5

J'ai profité d'avoir cet appareil entre les mains pour tester différents jeux et voir comment il a réagi, en poussant les graphismes à fond. Je vais vous parler de la fluidité, de la qualité d'image, mais aussi de la température de l'appareil. Avant cela, je vais vous parler de l'interface JOYUI 12.5.

L'interface JOYUI 12.5 est basée sur Android 11 et il s'agit d'une version de MIUI 12 destinée aux gamers. Pour rappel, MIUI 12 est le système qui tourne sur les smartphones Xiaomi. Pour l'interface JOYUI 12.5 : soit on aime ou on n’aime pas, car il s'agit principalement de modifications esthétiques pour donner cet esprit gaming. On peut ajouter des effets spéciaux qui s'affichent à l'écran lorsque l'on écoute de la musique ou que l'on reçoit un appel, par exemple. On retrouve une certaine cohérence entre le thème par défaut et l'aspect du smartphone en lui-même.

J'aime bien les outils d'analyses des performances qui sont inclus et permettent d'avoir des valeurs précises, ainsi que des graphes, sur la qualité du signal Wi-Fi, mais aussi sur le CPU, etc.

En complément, nous retrouvons l'application Shark Space qui permet de lancer un environnement dédié aux jeux vidéos. On se retrouve avec un lobby où l'on voit les différents jeux installés sur le smartphone. On peut également configurer les paramètres et à action à appliquer à partir du moment où l'on joue : bloquer les notifications, rejeter les appels, vider la mémoire, etc. En jeu, cette interface donne accès à des informations sur l'état de l'appareil (batterie, signal WiFi, FPS, charge de l'appareil, etc.).

Si vous disposez d'un ou plusieurs accessoires Black Shark, vous pouvez établir la connexion directement à partir de cette application. Finalement, cette application est appréciable puisque l'on passe vraiment en mode immersion pour jouer à partir du moment où l'on démarre le Shark Space.

La qualité de l'écran est suffisante pour jouer et surtout on appréciera la présence d'un taux de rafraîchissement de 144 Hz puisque cela permet à l'écran d'afficher une belle fluidité. En jeu, même sur les plus gourmands comme Call of Duty que j'apprécie particulièrement, le smartphone ne bronche pas : ça tourne ! Et ça tourne très bien ! Je n'ai pas joué pendant des heures et des heures, mais le smartphone ne chauffe pas : la technologie de refroidissement intégrée au smartphone doit faire le taff. La qualité audio en stéréo est correcte, je trouve qu'il y a une bonne profondeur.

Test Black Shark 4

L'utilisation des boutons physiques (gâchettes) est un vrai plus lorsque l'on joue à des jeux qui permettent de les utiliser. On a la sensation d'avoir une manette dans les mains. Par contre, je trouve que les côtés de l'appareil sont glissants. Il faut faire attention au début, le temps de s'habituer à la prise en main du Black Shark 4, car il est tout de même imposant.

VI. Conclusion

Sans aucun doute, le Black Shark 4 est un smartphone puissant qui est en mesure de faire tourner tous les jeux sur mobile ! Les gamers exigeants pourront y trouver leur compte en matière de performances. Tandis que d'un point de vue l'esthétique, ou en tout cas de l'effet "whaou" pour impressionner les potes, ce n'est pas le meilleur modèle, car il est un peu trop classique disons. Malgré tout, il y a quelques touches "gaming" comme nous avons pu le voir, au niveau design mais aussi au sein de l'interface.

Ce smartphone a un autre atout que l'on n’a pas encore évoqué : son prix. En effet, son prix de lancement était de 499 euros pour la version 8 Go + 128 Go, et 599 euros pour la version 12 Go + 256 Go. Désormais, sur Amazon son prix est passé de 499 euros à 439 euros, mais on peut faire encore mieux : sur AliExpress, via la boutique officielle Black Shark, expédié depuis la France. Là, le Black Shark 4 (6 Go + 128 Go) est proposé à 388 euros ! Un excellent niveau de performance à ce prix, c'est réellement intéressant !

Black Shark 4

388.00 €
8.3

Package et design

7.5/10

Performances

9.5/10

Système d'exploitation

8.0/10

Autonomie

8.0/10

Points positifs

  • Un prix attractif
  • Des performances irréprochables
  • Les boutons Pop-up Triggers
  • Autonomie et recharge (très) rapide
  • Un écran AMOLED 144 Hz

Points négatifs

  • Gaming : il manque l'effet whaou
  • L'emplacement de la prise Jack
  • Photos lorsque la luminosité est faible
Partagez cet article Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager sur Google+ Envoyer par mail

Florian Burnel

Ingénieur système et réseau et cofondateur d'IT-Connect. Je souhaite partager mon expérience et mes découvertes au travers de mes articles. Généraliste avec une attirance particulière pour les solutions Microsoft et le scripting. Bonne lecture.

florian a publié 3057 articlesVoir toutes les publications de cet auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.