Test du logiciel Stellar Mac Data Recovery v7

I. Présentation

Qui n’a jamais supprimé de données par mégarde ? C’est retrouvé avec un support de stockage corrompu ? Perdue ses photos de famille sur le disque externe dit de "Sauvegarde" ?

Sur cette dernière question, laissez-moi vous rappeler que le principe de ce disque de "sauvegarde" correspond à une copie de vos souvenirs numériques et non un lieu unique où ils sont stockés.

Outre cette bonne pratique, pour répondre à la catastrophe qu’est la perte de données, des solutions existent. L’une d’elles s’appelle Stellar Phoenix Mac Data Recovery (SPMDR). Tel un phénix, vos données perdues renaitront.

Il faut savoir que nous avons eu la chance de tester pour vous le logiciel Stellar Phoenix Mac Data Recovery, mais que l’éditeur Stellar propose aussi une suite logicielle complète pour les différents environnements Windows et Linux. Ici nous traiterons que du logiciel Mac.

II. A la découverte de Stellar Phoenix Mac Data Recovery

Après différents tests, je dois dire que ce logiciel est performant et complet. En effet, outre les fonctionnalités citées sur la fiche produit de leur site internet, certaines sont de réels atouts. Voir la fiche produit de Stellar Phoenix Mac Data Recovery.

Un des atouts de SPMDR est d’indiquer et de spécifier le format de fichier recherché.

stellar-1

stellar-2

Un autre est de pouvoir sauvegarder les informations de l’analyse du volume si vous voulez procéder à la récupération des données en plusieurs fois. Ou encore la fonctionnalité d’aperçu, toute fois limitée au fichier inférieur à 100 Mo.

stellar-3

Dans le cas d’un volume corrompu avec l’impossibilité de monter la ou les partitions.

stellar-4

stellar-5

Oui, parce que si le système ne trouve pas de volume(s) à monter, impossible rechercher des partitions et tenter de récupérer les données.

Lors de mon test, je me suis notamment exercé sur un disque dur de 500 GO « familiale », c’est à dire principalement avec des fichiers multimédias. Au terme de ce test, je dirais que j’ai récupéré 95% des données dont plus des 2/3 étaient des photos, le reste, des musiques, des vidéos et autres documents. Certains fichiers pouvant mettre plusieurs minutes à être reconstruit avec plus ou moins un résultat au bout. Par exemple :

stellar-6

III. Utilisation dans un cas réel

Un ami a aussi pu tester SPMDR en conditions réelles.

Dans son cas, un collègue préparant un examen a eu la malchance de perdre les différents documents, présentations et dossiers d’études, stockés exclusivement sur une clé USB. - Vous, lecteurs d’it-connect, remarquerez tout de suite la mauvaise habitude que de travailler sur une Clé USB, mais ce n’est pas le sujet ! - La récupération des données de cette clé USB, il a eu la surprise de voir que sur cette clé il n’y avait plus aucune table de partition.

Mais SPMDR permet de rechercher les différentes partitions en allant consulter chaque secteur sur la clé USB.

Cette passe est relativement rapide, et précisons-le, très efficace, il retrouve le nom des partitions ainsi que leur taille.

Une fois qu’il a retrouvé ces « petits », on peut choisir sur quelle partition il sera nécessaire de récupérer les données. Dans ce cas, une seule était présente donc pas beaucoup de questions à se poser 🙂

Lancement de la récupération des données, il y a alors deux types de récupération, une rapide et une avancée. Ici, la méthode rapide n’a pas été très efficace : beaucoup de fichier/dossiers récupéré, mais tous ou à 1/20 corrompue.

La méthode d’analyse avancée s’est avérée beaucoup plus efficace pour récupérer correctement les documents.

Ainsi Stellar, et aussi efficace que le logiciel photorec, qui est open source, mais, et c’est là où ce logiciel est très intéressant, c’est qu’il conserve l’arborescence/le nom des fichiers/la date de création et les différents attributs de droit sur les fichiers. Ainsi, la sauvegarde du dossier récupéré est d’une simplicité incomparable.

IV. Conclusion

J’ai été très surpris de l’efficacité du logiciel, de son ergonomie et de son accessibilité. Pas besoin d’être un expert pour récupérer simplement ses photos de chat, et ses films de vacances, ou dans mon cas un dossier important (oui il faut aussi travailler de temps en temps :p ).

Test réalisé par Aurélien Ozan et Valentin Baraise

Partagez cet article Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager sur Google+ Envoyer par mail

Florian B.

Co-Fondateur d'IT-Connect, je souhaite partager mes connaissances et expériences avec vous, et comme la veille techno' est importante je partage aussi des actus.

florian has 1968 posts and counting.See all posts by florian

5 pensées sur “Test du logiciel Stellar Mac Data Recovery v7

  • À mon avis, il est important d’encourager la création de logiciels facile d’utilisation comme celui-ci. Des logiciels qui n’ont pas besoin d’avoir une connaissance approfondie en la matière et que tout le monde peut très bien utilisées pour faciliter la vie quotidienne. D’ailleurs, c’est à ça que sert la technologie non ?

    Répondre
  • Merci pour cet article intéressant, du coup une question me vient.
    Je pensais que la poubelle de OsX ou le fait d’effacer un fichier simplement était sécurisé, j’entends par là irrécupérable avec un logiciel de data recovery du commerce. Vrai ou pas ?
    Si ca n’est pas le cas, connais-tu un logiciel type « eraser » (windows) ou Shred (Linux) pour OsX ?

    Répondre
  • Bonsoir,
    J’aurais aimé, comme dit dans le commentaire d’INFROGERANCE, que ce logiciel soit utilisable par une béotienne comme moi, en matière informatique.
    Malheureusement, après avoir scanné pour rechercher des fichiers supprimés, le logiciel me propose une liste de mots (en anglais) dont je ne sais pas à quoi ils peuvent bien correspondre…
    Ce n’est pas que ce soit en anglais, encore que pour 120 euros on aurait pu espérer une version en français, mais qu’en les ouvrant, je tombe sur des « énigmes » qui font que je n’ai encore rien récupéré…
    Je vais devoir demander de l’aide pour le faire fonctionner jusqu’au bout.
    Carrément frustrant…
    Mac OS X El Capitan

    Répondre
  • Bonjour
    J’ai supprimé par erreur un fichier « .pages » stocké sur un « gros » disque externe 2 To.
    j’ai acheté Stellar Phœnix Mac Data Recovery 10.9.6, donc une version plus récente que la vôtre. Néanmoins vous pouvez peut être répondre à certaines de mes questions.
    Si j’ai bien compris, l’espace « libre » contient des zones avec que des 0 et des zones associées à des fichiers supprimés, donc remplies de 0 et de 1 grâce auxquels le logiciel est capable de retrouver le no du fichier, son type, sont contenu,etc…
    D’après le logicielL’l’espace libre contient environ 488 millions de blocs, après 15h d’analyse, le logiciel a trouvé 140 Go de fichiers récupérables, et a examiné 260 millions de blocs, donc j’en suis à la moitié du travail.
    Plusieurs questions :
    – dans la fenêtre affichée par le logiciel, on trouve en haut le nombre de fichiers récupérés, et en bas la bare de progression et des indications sur le travail en cours, entre les deux une zone blanche dans laquelle apparaissent de temps en temps des rectangles noirs de taille variable, ou des petites images : quel est leur sens ?
    – le fichier que j’ai supprimé l’a été créé récemment et supprimé avant hier, depuis je n’ai ni créé, ni supprimé de fichier sur ce disque : je suppose que quand on crée un nouveau fichier, il est placé dans le premier bloc non plein rencontré, « premier » signifiant premier bloc non plein rencontré quand on examine les blocs par numéro croissant.
    Mais alors, le logiciel aurait du rencontrer ce bloc en début d’analyse, s’il examine les blocs par numéro croissant, mais ce n’est pas le cas, je n’ai toujours pas mention dans la liste des types de fichiers rencontrés du type « .pages ».
    J’ai peur d’avoir fait tourner le logiciel un jour et demi sans retrouver mon fichier…
    Avant d’acheter le logiciel, avec la version d’essai, il m’est arrivé de lancer l’analyse, de l’arrêter quelques minutes ensuite, et surprise agréable, de retrouver mon fichier dans les fichiers récupérables : on voyait le texte du contenu, mais on ne pouvait ni le sélectionner, ni l’ouvrir sous Pages, si l’on n’achetait pas le logiciel.
    Autre particularité : c’était une azrborescence de type Finder qui était affichée,et non uneliste de types de fichiers qui était affichée.
    J’ai bien sûr appelé le support, mais la qualité est moyenne, pas d’écoute.

    Répondre
  • Suite et correction de mon commentaire
    Je n’avais pas saisi que « bloc » et « secteur » sont synonymes, je pense, donc un bloc ne peut pas contenir plusieurs fichiers, bien au contraire c’est le fichier qui peut occuper plusieurs blocs.
    En supposant une taille de secteur de 4K bytes, les 488 millions de secteurs affichés correspondent à la totalité du disque 2 To et non uniquement aux blocs inoccupés :
    488 millions de blocs*4K = environ 2 To, donc le logiciel analyse tous les blocs du disque, pas seulement les blocs libres
    Ai-je fait encore une erreur ?…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.