Test TerraMaster F2-423

I. Présentation

J'ai eu l'occasion de tester le NAS TerraMaster F2-423, un modèle avec deux baies qui reprend le design habituel des boîtiers TerraMaster, mais qui mise sur une fiche technique solide, comme vous allez pouvoir le constater dans cet article. À titre d'exemple, ce boîtier embarque deux interfaces réseau en 2,5 Gbit/s !

Sans plus attendre, voici les caractéristiques techniques principales :

  • CPU : Intel Celeron N5105 - 64 bits - Quatre cœurs @ 2.0 GHz - Burst 2.9 GHz
  • RAM : 4 Go SO-DIMM DDR4 - Extensible jusqu'à 32 Go
  • Baies de disque : 2 - support des disques au format 2,5'' ou 3,5''
  • Emplacement M.2 pour SSD NVMe : 2 (PCIe 3.0 x 1)
  • Capacité maximale : 40 To (2 x 20 To)
  • Interfaces réseau : 2 x RJ45 2,5 Gbit/s
  • Ports : 2 x USB-A 3.2 / 1 x HDMI
  • Ventilateur 80 mm
  • Alimentation : 40 Watts
  • Poids : 1.5 Kg
  • Garantie : 2 ans
  • Prix : 379,99 euros
  • Disponible sur le marché depuis mars 2022
  • Fiche produit sur le site officiel

L'année dernière, c'est le NAS TerraMaster F2-221 qui était déjà passé entre mes mains, et même si esthétiquement, ces deux modèles se ressemblent comme deux gouttes d'eau, la fiche technique quant à elle est nettement en la faveur de ce nouveau modèle. Si le système se montre à la hauteur, ce modèle pourrait clairement être au top !

Note : le processeur Intel Celeron de ce NAS est compatible avec le chiffrement matériel.

II. Package et design

Le NAS est bien protégé dans sa boîte très sobre : pour en savoir plus, il faudra l'ouvrir. À l'intérieur, nous avons les éléments suivants : un câble réseau RJ45, l'alimentation externe du NAS, un kit de vis, un lot d'étiquettes pour nommer les baies de disques, une notice pour monter les disques durs sur les racks, ainsi qu'un document avec l'adresse de la documentation en ligne. Un contenu classique, mais l'essentiel est présent, c'est ce qu'il faudra retenir.

Esthétiquement, certains boîtiers TerraMaster sont identiques : c'est le cas des modèles F2-221 et F2-423, où les changements se situent sous le capot. Ainsi, nous avons NAS entièrement gris, avec plusieurs nuances de gris tout de même et différents effets pour donner une finition sympa. Les deux façades sont en plastiques de très bonne qualité, tandis que la partie principale du boîtier est en métal.

Sur la façade du NAS, il y a un bouton pour démarrer le NAS et au-dessus de ce bouton, il y a différentes LEDs d'état, notamment pour indiquer l'état du LAN, de l'alimentation et des baies de disque. C'est dommage qu'il y ait deux cartes réseaux, mais qu'une seule LED pour la partie "LAN", car ce serait plus logique d'avoir deux LEDs. Je constate également que sur ce boîtier, comme sur le modèle précédent, il n'y a toujours pas de port USB sur la façade avant. Pourtant, c'est bien pratique pour connecter une clé USB ou un disque externe.

À l'arrière du NAS, le ventilateur est greffé sur le boîtier et nous retrouvons les connectiques promises par le constructeur : deux ports USB, un port HDMI et deux ports réseau en 2,5 Gbit/s. Lorsqu'il est posé, le NAS est surélevé grâce à quatre tampons antidérapants. Bien qu'il soit sobre, ce boîtier cubique est aspire confiance de par la qualité des matériaux utilisés. Ce qui est dommage, c'est que les deux ports réseau sont nommés de la même façon, ce serait bien d'avoir un numéro afin d'avoir une correspondance avec l'interface de gestion.

En retirant quatre vis à l'arrière du boîtier, et en déconnectant le ventilateur, nous pouvons accéder à la carte mère du NAS. L'occasion de confirmer la présence des deux emplacements pour SSD au format M.2, mais aussi de constater qu'il y a un slot disponible pour ajouter de la RAM. L'autre slot se situe de l'autre côté sur la carte mère.

Pour monter les disques durs sur les racks, il n'est pas nécessaire d'avoir des outils s'il s'agit de disques au format 3,5 pouces. Il suffit de positionner le disque dans le rack et de le bloquer, car aux deux barrettes qui viennent se fixer de chaque côté. Ainsi, le disque dur est verrouillé dans le slot et il ne reste plus qu'à le mettre en place dans le NAS. Pour des disques au format 2,5 pouces, il sera nécessaire d'utiliser les vis fournies pour fixer le disque au rack.

III. Mise en route du NAS

Le NAS est connecté au secteur et au réseau, il ne reste plus qu'à le démarrer pour passer à la configuration initiale. Pour le détecter sur le réseau, on peut s'appuyer sur l'application TNAS disponible sur le site officiel. Ensuite, la mise en route se passe à l'aide d'un navigateur.

TerraMaster vient tout juste de sortir son nouveau système, TOS 5.0, et il est compatible avec ce modèle alors j'ai pu l'installer sur ce NAS pour vous le présenter à l'occasion de ce test. À ce sujet, voici ce que mentionne TerraMaster : "Après un an et demi, plus de 50 nouveautés, 600 améliorations, 300 000 lignes de code..., le tant attendu TOS 5.0 sort officiellement aujourd'hui ! Veuillez suivre le guide ci-dessous pour installer le nouveau système TOS 5.0. Le nouveau système TOS 5.0 ne s'applique qu'aux séries x.86 des modèles TNAS (série 220, série 221, série 420, série 421, série 422, série 423).".

En spécifiant le fichier d'installation lors de l'initialisation, on peut installer TOS 5.0.

Lors de l'initialisation, on doit créer un compte administrateur avec le nom que l'on souhaite, cela évitera d'avoir un compte "admin" qui peut être identifié facilement et ciblé par des attaques. L'espace de stockage doit également être configuré, afin de choisir le type de RAID. Une fois l'initialisation terminée, on se retrouve sur le bureau virtuel.

Voici à quoi ressemble le nouveau bureau virtuel du système TOS 5.0. De manière générale, à part les icônes qui n'ont pas changé, l'interface est plus moderne qu'auparavant.

À titre de comparaison, voici le bureau virtuel de TOS 4.2 :

Lorsque l'on accède pour la première fois à l'interface de TOS 5.0, le Conseiller en sécurité se lance automatiquement. Il analyse la configuration du NAS, en l'occurrence c'est la configuration par défaut, et nous indique les différents points à améliorer pour renforcer la sécurité. En cliquant sur un item, des détails s'affichent pour nous guider.

Je ne vais pas passer en revue l'ensemble des menus, mais le Tableau de bord de TOS 5.0 est découpé en plusieurs sections permettant de configurer le système. Les fenêtres du bureau virtuel sont redimensionnables, et on peut aussi les réduire sans pour autant fermer la fenêtre. En complément, on retrouve d'autres applications directement sur le bureau : Gestionnaire de fichiers, Centre d'application, Backup, Connexion à distance, etc.

Le système d'exploitation TOS 5.0 est très complet et on peut configurer les différents aspects du système : gestion du stockage, des utilisateurs, des groupes, des dossiers partagés, planning d'extinction et démarrage, gestion du ventilateur, des notifications, des services de fichiers, mais aussi de la configuration réseau. Je vais vous présenter quelques options.

La section "Sécurité" donne accès à des options liées à la sécurité du système, notamment pour bloquer l'intégration de TOS dans des iframe, configurer le pare-feu (non configuré par défaut), activer le blocage automatique des comptes en cas d'attaque par brute force, ou encore activer la protection contre les attaques DoS. C'est également ici que l'on peut gérer les certificats pour ajouter un certificat et affecter un certificat à chaque service. TOS 5.0 apporte le mode "Isolement de sécurité" (voir ci-dessous) qui permet d'isoler le NAS d'Internet en coupant certains accès et certains services, cela peut être utile en réponse à une attaque informatique.

Le système permet de créer des tâches planifiées pour réaliser des actions selon un planning. Par exemple, on peut vider la corbeille, démarrer ou arrêter un service, mais également exécuter une commande Unix spécifique pour lancer son propre script.

TOS 5.0 semble prendre en charge les dongles WiFi, ce qui est intéressant pour ajouter la connectivité Wi-Fi à son NAS. Néanmoins, il faut utiliser un modèle compatible, car j'ai tenté de connecter mon adaptateur UGREEN, mais il n'est pas reconnu. Malgré tout, cette possibilité est intéressante et ce n'est pas systématique sur les NAS, car à titre de comparaison le système DSM de Synology ne prend plus en charge les dongles WiFi.

Concernant le partage des fichiers, TOS 5.0 prend en charge les protocoles habituels : SMB, AFP, FTP, NFS, Rsync et WebDAV. Les options avancées donnent accès à des paramètres supplémentaires, ce qui permettra de choisir la version minimale pour SMB (afin de ne pas autoriser SMB1), par exemple. Néanmoins, la traduction de certaines options est un peu hasardeuse. Il est à noter que l'iSCSI est également pris en charge, mais cette fonctionnalité se configure via le menu "Disque virtuel".

Pour accéder à distance à son NAS, on peut s'appuyer sur le système TNAS.Online qui présente l'avantage de ne nécessiter aucune configuration de votre box. Il est également possible de configurer un nom de domaine via un service DDNS, en piochant dans la liste des services pris en charge.

Le centre d'applications permet d'installer des applications sur le NAS afin d'ajouter des fonctionnalités ! À ce jour, il existe 47 applications dont certaines sont en version bêta. C'est peu, en fait, par rapport à la concurrence. Malgré tout, il y a quelques applications appréciables comme Docker, Plex Media Server, Git, serveur iTunes, phpMyAdmin, MariaDB, Node.JS, VirtualBox, Apache Tomcat ou encore WordPress.

Ce magasin d'applications intègre aussi des applications officielles qui vont permettre d'ajouter des fonctions au NAS. Par exemple :

  • Snapshot pour prendre des instantanés lorsque l'on utilise un volume Btrfs
  • USB Copy pour sauvegarder des données sur un périphérique USB
  • VPN Server pour transformer son NAS en serveur VPN
  • Web Server pour transformer son NAS en serveur Web
  • CloudSync pour synchroniser ses données avec un Cloud (Google Drive, OneDrive, Amazon S3, Dropbox, etc.)

TerraMaster travaille également sur d'autres applications qui vont énormément apporter au système TOS 5.0 ! En effet, je fais référence aux applications Surveillance Manager, Terra Photos et TerraSync.

L'application Backup permet de créer des tâches de sauvegarde, à partir de Rsync, de snapshots Btrfs, de Time Machine, de TerraMaster Folder Mirror ou encore d'une tâche de copie USB.

Quant à l'environnement utilisateur, il est possible de personnaliser le fond d'écran du bureau virtuel et de la page de connexion. On peut importer sa propre image ou piocher dans la bibliothèque d'images intégrées au système. La section "Paramètres utilisateur" permet aussi de changer son mot de passe et de configurer l'authentification à deux facteurs (visiblement seules les applications avec les codes uniques sont compatibles).

Il y a une vraie évolution entre TOS 4.2 et TOS 5.0, et on ne va pas s'en plaindre ! Au-delà du design qui est plus sympa, ce système est fluide et il intègre de nombreuses fonctionnalités. TerraMaster se développe bien et avec les applications supplémentaires qui sont actuellement en version bêta, le système va s'enrichir encore un peu plus. Le système TerraMaster était en retard vis-à-vis de la concurrence (Synology, QNAP, Asustor, etc.), mais avec cette nouvelle version, il a rattrapé une partie de son retard. TOS 5.0 est un système complet qui pourra répondre à de nombreux besoins.

IV. Performances TerraMaster F2-423

Parlons des performances du NAS TerraMaster F2-423, où je vais m'appuyer sur des transferts de fichiers effectués par le réseau (via le protocole SMB). En complément, une analyse avec le logiciel Crystal Disk Mark sera effectuée.

Je vais utiliser un lien réseau en 2,5 Gbit/s pour exploiter au maximum l'interface réseau du NAS. Pour la partie stockage, ce sont deux disques durs Seagate IronWolf 1 To (5 900 tr/min - 64 Mo de mémoire cache). Ils sont montés en RAID-1 (miroir) et le système de fichiers Btrfs est utilisé.

Je vais m'appuyer sur quatre échantillons de fichiers et le protocole SMB :

  • Des très petits fichiers : 200 fichiers de 1 Mo
  • Des petits fichiers : 200 fichiers de 10 Mo
  • Des fichiers moyens : 5 fichiers de 100 Mo
  • Des gros fichiers : 5 fichiers de 1000 Mo

Voici les résultats obtenus avec une connexion réseau 2,5 Gbit/s :

J'ai également forcé la connexion en 1 Gbit/s pour voir ce que ça pouvait donner sur un lien plus lent :

Pendant les transferts de fichiers, le CPU monte en pression, mais il tient le coup et gère bien l'effort. J'en profite pour préciser que ce NAS est très silencieux, y compris quand il est fortement sollicité, au point que cela m'a surpris sur le moment.

Ce NAS TerraMaster F2-423 propose d'excellentes performances grâce à sa fiche technique solide et à l'utilisation d'une interface réseau 2,5 Gbit/s qui permet d'en profiter pleinement. Et encore, on pourrait améliorer encore les performances en ajoutant un SSD NVMe pour mettre en place un cache SSD, mais aussi avec un agrégat de liens pour avoir 5 Gbit/s en couplant les deux liens réseau.

V. Conclusion

Des professionnels, mais aussi des particuliers, pourront être séduits par ce NAS TerraMaster qui est une belle surprise ! En France, TerraMaster n'est pas encore très connu, et pourtant il y a une véritable montée en puissance depuis quelques années. Cette tendance se confirme avec le nouveau système TOS 5.0 qui donne un nouvel élan au système d'exploitation qui était clairement en retrait : on attend avec impatience les applications officielles actuellement en bêta, et d'autres applications tierces pour étoffer le catalogue d'application. Pour le moment, le port HDMI reste quasi inutile, car il affiche seulement les lignes de commande à l'écran : une application pourrait permettre de l'exploiter, comme le fait ASUSTOR avec l'ASUSTOR Portal.

Dans une configuration de base, c'est-à-dire avec le processeur Intel Celeron N5105, 4 Go et deux disques 1 To montés en RAID-1, le NAS offre de très bonnes performances. Comme il est évolutif, et cela me plaît beaucoup, si vous avez besoin d'encore plus de puissance, vous pouvez ajouter de la RAM et mettre en place un cache SSD.

Le TerraMaster F2-423 est disponible à 379,99 euros sur Amazon, tout en sachant qu'il existe aussi une version avec 4 baies de disque : le F4-423.

TerraMaster F2-423

379,99 €
8.2

Package et design

7.0/10

Performances

9.5/10

Système / fonctionnalités

8.0/10

Points positifs

  • Nouveau système TOS 5.0
  • Interface très fluide
  • Vraiment très silencieux !
  • Evolutif (RAM, cache SSD)
  • Excellentes performances

Points négatifs

  • Port HDMI sans réel intérêt
  • On veut plus d'applications !
  • Deux ports RJ45 : une seule LED en façade
Partagez cet article Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager sur Google+ Envoyer par mail

Florian Burnel

Ingénieur système et réseau, cofondateur d'IT-Connect et Microsoft MVP "Cloud and Datacenter Management". Je souhaite partager mon expérience et mes découvertes au travers de mes articles. Généraliste avec une attirance particulière pour les solutions Microsoft et le scripting. Bonne lecture.

florian has 3872 posts and counting.See all posts by florian

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.