Coronavirus : le télétravail a eu raison de Microsoft Teams

Un grand test de résistance attend le Cloud Computing à cause du confinement imposé par le Coronavirus puisque de nombreuses personnes vont découvrir le télétravail. Microsoft Teams a déjà lâché mais il n'est pas le seul.

Des perturbations sont survenues toute la journée de lundi 15 mars, avant que l'ensemble des fonctionnalités soient disponibles vers 17H30, après avoir débutée vers 08h30. Microsoft a réalisé plusieurs corrections suite aux investigations réalisées. L'afflux de connexions depuis l'Europe est parvenu à perturber l'infrastructure Cloud de Microsoft qui est pourtant l'une des plus utilisées de la planète. Un bon test en matière de scalabilité.

Dans le même temps, les services de l'Education nationale inquiètent les parents et les professeurs, car ils n'ont pas résisté à cet afflux de connexion. C'est le cas également des VPN d'entreprise qui permettent l'accès aux ressources internes et notamment à certaines applications.

Avec les nouvelles mesures prises par l'Etat, le nombre de personnes en télétravail va continuer d'augmenter. Le Cloud Computing est-il prêt ? Les infrastructures des opérateurs le sont-elles ? Nous aurons rapidement des éléments de réponse à ce sujet, mais c'est à espérer.

Note : Le numéro d'incident associé est le TM206544.

Partagez cet article Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur Linkedin Partager sur Google+ Envoyer par mail

Florian B.

Consultant chez Délibérata le jour, blogueur pour IT-Connect la nuit, je souhaite partager mon expérience et mes découvertes au travers de mes articles. Généraliste avec une attirance particulière pour les solutions Microsoft et le scripting. Bonne lecture.

florian has 2188 posts and counting.See all posts by florian

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.